Autres villages

Le Couvent de Cadours

Publié le Mis à jour le

Diffusion de l’article « un peu d’histoire » bulletin municipal N° 46

Cadours (le 27 septembre 1872-1904) : Très rapprochée par sa situation géographique des maisons de Laréole et du Castéra, la fondation de Cadours a achevé l’implantation des Sœurs Bleues dans le Nord-Ouest du département de la Haute-Garonne. Monsieur le curé Doyen avait appelé les Religieuses de la Congrégation de Nevers pour s’établir à Cadours, profitant de la propriété familiale de l’une de ces dames. Elles y vinrent avec l’assurance qu’elles auraient des élèves pensionnaires et externes et que leur maison s’agrandirait et prospérerait. Néanmoins, elles durent faire face aux institutrices qu’elles venaient remplacer et qui ne comptaient pas assujettir leurs élèves à la discipline, ainsi qu’aux « déboires » des servantes ne sachant pas toujours gérer la dépense sur le revenu. Déçues, elles firent une pétition à leur Supérieure Générale pour obtenir d’être rappelées d’une localité où elles n’avaient pu obtenir de bons résultats….

Ancien couvent de Cadours

Sœur Ephrem de Bérod, propriétaire de l’immeuble, se hasarda alors à proposer à la Supérieur de la congrégation de l’Immaculée Conception d’accepter la succession de son œuvre et d’acquérir sa maison, avançant divers arguments géographiques et pratiques : provisions, médecin, remèdes, confession, lieu de refuge en cas d’accident. Le conseil décida alors d’accepter la proposition en prenant des dispositions matérielles, à savoir, faire reconnaître l’école comme communale, et que moyennant une petite construction pour les classes réglementaires, on y ferait aussi un dortoir qui permettrait de recevoir quelques élèves pensionnaires. La maison a prospéré quelques années, et au-delà de ce que laissait présager l’expérience des Dames de Nevers. Les élèves internes se sont ensuite raréfiés, la faute aux lourds impôts que supportent les propriétaires et aux bas prix des céréales qui sont l’unique fortune du pays de Cadours, où il n’y a alors aucune industrie, ainsi qu’aux nombres de petites écoles fondées dans chaque village ou presque. Comme ailleurs, l’école a été victime des lois du début du siècle. Pour 1902, deux décisions sont à relever : « l’établissement est à laïciser d’urgence , la commune possède un local » (12 juillet 1902). Et le rejet d’autorisation, signé Combes et daté du 18 décembre 1903. Prévoyant cette issue, la communauté de Cadours avait fait, le 5 septembre 1902 une demande d’ouverture d’école libre auprès de la Municipalité et celle-ci avait accueilli favorablement la requête…En 1904 il faut fermer non seulement l’école mais aussi un ouvroir (lieu réservé aux ouvrages de couture, de broderie, etc dans une communauté) ouvert pour maintenir les œuvres paroissiales et la présence des religieuses dans la ville. Le couvent fût acheté après 1905 par la famille Deschamps et revendu vers 1930.

(1914) : Les établissements dont dispose le Service de Santé Militaire en temps de paix, ne permettraient de recevoir qu’une faible partie des malades et des blessés de l’armée mobilisée. Il est donc nécessaire de prévoir, pour le cas de guerre, la création de nombreux hôpitaux. Ces hôpitaux portent le nom d’hôpitaux temporaires. L’hôpital de Cadours, hôpital bénévole, géré par des particuliers et les collectivités locales est répertorié parmi les hôpitaux de la 17ème région militaire sous le numéro HB n°10 bis Cadours. Il était établi dans une maison privée (le couvent de Cadours), et il comptait 20 lits. Fonctionnant à partir du 8 octobre 1914, sa date de fermeture n’est pas connue.

Article paru dans le bulletin municipal N° 46 de janvier 2019 en page 12

Plus de photos

Cabanac-Seguenville, la romaine…

Publié le Mis à jour le

Aux confins de la Haute Garonne et aux frontières du Gers, Cabanac nous révéle ses trésors antiques.

Un premier indice : Son toponyme latin en ‘ac » forme souvent des noms de lieux entre le IIème et le IVème siècle, généralement associé à un nom de personne latin ou gaulois.

La confirmation est venue de la découverte de plusieurs fours de tuilier antiques, dont un, a fait l’objet de fouille sous l’égide de la Direction des Antiquités historiques de Midi-Pyrénées.

Lire la suite »

Promenade médiévale au pays d’Astarac

Publié le Mis à jour le

Au sud du Gers, près de Mirande, au pays d’Astarac, Bastides et places fortes nous rappellent le riche passé médiéval de la région. Bassoues, Montesquiou, Barran Mirande, et bien d’autres, en sont les témoins. Lire la suite »

Il y a 251 ans, à Pelleport, sauvé par le tabernacle…

Publié le Mis à jour le

Lettre du vicaire Daugla de Pelleport au curé de Thil

Lire la suite »