Évènements Fraîchement Actualisés

L’histoire de Bretx revisitée

Publié le Mis à jour le

L’histoire de Bretx semblait ancrée au bas moyen-âge, du village de potiers de « l’an  mil », de la source et de l’église probablement d’origine carolingienne, au « Castrum » attesté par la  charte de coutumes de Thil-Bretx de 1246 et 1256. A partir du  XIV et XVème siècle, le « Fort Villageois » servira de refuge aux populations pendant la guerre de Cent Ans et puis plus tard pendant les guerres de religion.  Les deux dernières découvertes fortuites, faites par des exploitants, viennent compléter l’histoire du village.

A la préhistoire :

Choppers -Bretx-2019
Choppers retrouvés à Bretx en mai 2019.

Tout d’abord des galets taillés, aménagés sur une face, dit aussi « choppers », retrouvés dans une zone relativement restreinte dans un coteau au dessus de l’ Arsène, à la côte 180, nous renvoient vers la période du paléolithique moyen lorsque l’homme préhistorique occupait les terrasses de la Garonne, de -300000 à -500000 ans. A l’époque quaternaire et plus particulièrement lors des grandes glaciations, la Garonne modelait le bassin molassique de la région et déposait de nombreux  galets que nos ancêtres utilisaient comme outils et en particulier les « choppers » qu’on peut traduire par « hachoirs », outils archaïques qui servaient probablement à hacher les chairs et broyer les os. D’autres découvertes  permettraient peut-être de mieux cerner la période d’occupation des bords de la Garonne, lors de son passage à Bretx.

A l’époque romaine :

Fragments de tégulaé-Bretx
Briques et tuiles à rebords retrouvées à Bretx en mai 2019

Une deuxième découverte vient nous éclairer sur une période plus récente de l’ histoire locale. Quelques fragments de briques et tuiles à rebords (tégulae) attestent de la présence gallo-romaine dans l’antiquité sur notre territoire  ; ces fragments ont été trouvés en deux endroits distincts, mais dans les deux cas sur une surface relativement réduite , au bord de l’ancienne route de Toulouse à Lectoure qui correspond peut-être à l’ancienne voie gallo-romaine indiquée sur la table de Peutinger, elle même reprise à partir d’anciennes cartes romaines et en particulier les voies d’Antonin du IIème siècle après JC . A ce stade des recherches, il n’est pas possible d’émettre une hypothèse sur l’origine de ces fragments.

Centenaire de l’armistice

Publié le Mis à jour le

1918  –  2018 – Centenaire de l’armistice

Hommage aux Soldats de la Première Guerre Mondiale, Morts pour la France ou conscrits de l’armée d’active, de l’armée de réserve et de l’armée Territoriale .

Ils étaient le plus souvent cultivateurs, propriétaires, métayers ou ouvriers agricoles. Ils ont quitté leurs familles et leurs terres pour rejoindre l’enfer de Verdun, de Craonne, du Chemin des Dames, de Bertrix, d’Ypres et bien d’autres.

« Ils ont écrit l’histoire avec leur sang, ne les oublions pas » 

VOICI LEUR PARCOURS…

Soldats-14-18-
Soldats-14-18-

Labellisé « MISSION CENTENAIRE »Logo mission Centenaire

Daux

Publié le Mis à jour le

Dans la série Connaître nos villages  par Michel Comby

Créé au 12ème siècle sur la moyenne terrasse de la Garonne, à une altitude de 176 m, le village de Daux peut cependant revendiquer une présence humaine beaucoup plus ancienne : à l’époque romaine, un oppidum, le fort de Mayras, se dressait à la limite nord de la commune, commandant l’entrée de la vallée de la Save. Au moyen-âge, la première trace écrite de la présence d’une communauté humaine qui faisait partie de la seigneurie de Terride, date de 1046.

Lire la suite »

Montaigut sur Save

Publié le

Dans la série Connaître nos villages  par Michel Comby

 Château de Montaigut sur Save reconstitué par Michel HastenteufelLe nom de Montaigut, qui évoque un habitat perché sur une hauteur, s’applique mal au village actuel, niché en bord de Save. On peut penser que l’agglomération primitive du Moyen-Age s’était constituée sur les hauteurs du coteau, à proximité de Notre Dame d’Alet et du château seigneurial, qui ne disparut qu’à la révolution.

Lire la suite »

Menville

Publié le Mis à jour le

Dans la série « Connaître nos villages » par Michel Comby

 Petite commune située sur la rive gauche de la Save à proximité de Lévignac, Menville  s’étend sur 507 hectares. Son nom proviendrait de l’anthroponyme germanique « Minno » associé au terme « Villa » désignant un domaine agricole à l’époque gallo-romaine. Il s’orthographiait autrefois « Manville ».

Lire la suite »

Macabre décompte au Burgaud au XVIIème siècle.

Publié le

(Par Bernard Fourcayran)

Des frissons garantis.

« Pars vite et reviens tard », fameux polar de Fred Vargas, nous emmène dans une sombre histoire mêlant les peurs d’aujourd’hui et d’hier. Je ne vous raconterai pas ce fameux roman, mais je vais vous donner un indice.

En parcourant les archives de l’état civil du Burgaud à la recherche de mes ancêtres, j’avais repéré quelques annotations inhabituelles dans les registres des sépultures. Lire la suite »

Ondes

Publié le Mis à jour le

Série « Connaître nos villages » par Michel Comby

Mairie d'Ondes
Mairie d’Ondes

Le village d’Ondes fut fondé au XIème siècle, avant Grenade, bien qu’on relève des traces d’une présence romaine dès le début de notre ère. En 1258, Ondes possède des consuls. En 1342, le seigneur était Guillaume de Nagousie ; plus tard, Amic Astrugue hérite de la seigneurie et son descendant Pine de Doux, capitoul en 1448, fut à l’origine d’une lignée qui perdura jusqu’à la fin du XVIIème siècle. Lire la suite »