La Couvertoirade

Publié le Mis à jour le

La Couvertoirade avant les Templiers

Au début du XIIIème siècle, les Templiers s’installent à la Couvertoirade, sur les Causses du Larzac entre Millau et Lodève ; c’est le début d’une longue histoire ; ils resteront jusqu’en 1307, remplacés par les Hospitaliers jusqu’à la révolution.
Ce haut plateau karstique dont le climat a beaucoup varié depuis la préhistoire, était habité depuis au moins 6000 ans avant notre ère, comme en attestent les dolmens qui témoignent de l’activité dans la région à cette période.
Déjà à l’époque Romaine la commune était traversée par l’antique voie romaine, très fréquentée par les marchands transportant les poteries produites à Graufesenque, près de Millau, haut lieu de la céramique sigillée Gallo-romaine.
Au moyen âge, d’abord dépendante du prieuré de Nant, puis de l’Abbaye de Sylvanès, la Couvertoirade voit l’arrivée des Templiers, ordre militaire crée en 1120 par des chevaliers français installés près du Temple de Salomon à Jérusalem ; c’est ainsi que d’abord  » pauvres chevaliers du Christ  » deviennent  » Les chevaliers du Temple de Salomon « , puis  » Les Templiers « .

Le temps de Templiers

Après, la commanderie de Sainte-Eulalie du Larzac et celle de la Cavalerie, ils édifièrent en 1249 le château encore visible actuellement et dont une partie est visitable. Puis vint la construction par les habitants de l’église Saint Christophe près du château vers le XIVème siècle, avant l’édification des remparts au XVème siècle.
Voici la description de l’église qu’en fait l’association  » Les Amis de la Couvertoirade  » :

  Une nef unique de style ogivale formée de deux travées sur voûtes d’arêtes ; les clefs de voûtes sont ornées de la croix de Malte à huit pointes, symbole des huit béatitudes promises aux hospitaliers. Le chœur quadrangulaire est vouté d’une croisée d’ogives et la clef de voûte représente  » un sextefeuille entourée d’un grénetis « .

La pierre d’autel est la pièce originelle dont l’histoire intéressante reste à découvrir sur site.

Les deux particularités qui la distingue des autres cités templières.

La première, est l’exceptionnel état de conservation de ses remparts, classés monuments historiques depuis 1895. Elle doit son appartenance au club restreint des plus plus beaux villages de France, en autres, aux murailles, élevées tardivement, au XVème siècle à la seule initiative et aux frais des habitants du lieu, voulant se protéger des routiers, triste héritage des guerres de Cent ans. Hautes de 10 à 12 m et d’un périmètre d’environ 420 m, elles n’étaient percées à leur construction que de deux portes, une au nord, « le Portail Haut « , l’autre au sud,  » le Portail bas « .Ces magnifiques remparts et tours sont à découvrir sur site.

L’autre singularité est son implantation dans une région qui ne comporte ni sources, ni points d’eau naturels, contrairement aux critères habituels des implantations templières ou monastiques ; Les Templiers ont préféré privilégier une implantation au carrefour de grandes voies de communication et particulièrement au lieu de passage des grandes transhumances, qu’ils ont su organiser à leur profit. Bien que recevant annuellement près d’un mètre d’eau par an, il n’y a pas de sources ou points d’eau naturels, compte tenu de la porosité du plateau karstique. Mais dès le début, les templiers ont conçu la cité dans le but de récupérer toutes les eaux de pluie et de les stocker soit dans des mares  » les Lavognes  » pour abreuver le bétail, soit dans des cavités creusées dans le rocher  » les Conques  » pour l’usage des habitants.
Le village en pente douce entre le portail Haut et le portail Bas où était située la mare intérieure, permettait de recueillir l’intégralité de l’eau de pluie.  » Toute la structure du village a été pensée en fonction de la collecte des eaux pluviales  » comme le rappel le collectif Les Amis de la Couvertoirade. Les rochers ont été écrêtés, les parties basses comblées et pavées ; l’eau circulait dans les caniveaux, quelque fois en passant dans les étroites venelles, jusqu’à la mare intérieure encore visible jusqu’en 1899. Son déplacement au dehors des murailles a été motivé par les épidémies de fièvres typhoïdes récurrentes, dont la plus dramatique fit 80 victimes.
Les Conques étaient alimentées uniquement par l’eau des toitures systématiquement récupérée ; les conduits en pierre ou bois couraient sur les façades, soutenus par des corbeaux en pierre encore visibles sur certaines façades.

Le village médiéval

Enfin, intéressons nous au village lui-même : Les maisons actuelles datent du XVIème et XVIIème siècles, construites avec les pierres récupérées soit des anciennes maisons, soit du château des Templiers abandonné par les chevaliers au profit d’habitations plus confortables.
Les maisons typiques de la Couvertoirade sont sur trois niveaux : la bergerie ou l’écurie au rez-de- chaussée ; l’habitation au premier étage débouche sur une petite terrasse  » le balet  » ou abouti un escalier extérieur ; au deuxième étage se trouve le grenier.
—————————————————————————————————————————————–
Voila  un bref aperçu de l’histoire de ce beau village, qui mérite bien de figurer dans la liste des plus beaux villages de France.

A voir et à revoir pour les amoureux de vieilles pierres et les amateurs de villages médiévaux.

Voir la galerie de photos

NB : le toponyme  » Couvertoirade  » vient de la présence de conques naturelles dans les rochers  » lieu ou il y a de l’eau recouverte « . Une Conque naturelle importante vient d’ailleurs d’être découverte en partie sous les remparts.

Pour plus d’informations : Association Les Amis de la Couvertoirade, Maison de la Scipione, 12230 La Couvertoirade 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s