La tour Chappe de Thil

Publié le Mis à jour le

Le télégraphe optique

Quand on monte la côte dite  » du Moulin « , au lieu dit  » Pauillac « , on remarque une tour ronde en briques, surmontée d’un toit à deux pentes, visiblement rajouté.

  Cette tour, aujourd’hui propriété de M. Lézat René est un vestige de l’ancienne ligne du télégraphe optique Chappe, qui reliaient Bordeaux à Avignon créée en 1834 .
Claude Chappe, né en 1763 à Brulon dans la Sarthe, fut l’inventeur de ce système qui permettait, par transmission optique de signaux codés, de transporter l’information à une vitesse supérieure à celle des anciens courriers à cheval.

Le 1er essai eut lieu le 12 juillet 1793 entre Paris et St Martin du Tertre sur une trentaine de kilomètres. Son bon résultant décida de la prolongation de la ligne vers Lille et c’est ainsi qu’en Août 1794, une dépêche annonça à la Convention la prise de Condé sur Escaut, quelques heures après l’événement. Ce coup médiatique fit la fortune du système qui se développa jusqu’en 1830 par diverses lignes convergentes toutes sur Paris.
C’est n’est qu’en 1834 qu’on songea à créer des transversales, dont une seule fut entièrement réalisée, la ligne Bordeaux-Avignon, avec une antenne sur Perpignan.
Les appareils de transmission, des bras articulés qui prenaient diverses positions, étaient installés sur des hauteurs distantes d’environ 10 kms, chaque poste transmettant sans en connaître la signification, un message codé qui était mis en clair à l’arrivée. En 2 ou 3 heures, un dépêche était transmise de Paris aux frontières, alors qu’un délai de 3 à 6 jours était nécessaire par messagers.
La tour de Pauillac recevait des signaux de Bellesserre et les transmettait vers Lévignac (Bouconne) qui renvoyait à Cornebarrieu, puis à Blagnac (sur le clocher dont il fallut abattre la flèche) et à Toulouse (sur le clocher des Cordeliers).
La ligne fonctionnait à merveille sauf, évidemment par temps de brouillard.

TourChappe-Thil-patrimoine
La tour chappe

  Mais, le 17 avril 1852, la 1ère ligne du télégraphe électrique Morse relia Paris à Toulouse et le nouveau système se moquait des intempéries ; aussi, après deux ans de vie commune, le télégraphe Chappe s’arrêta.
Reste, témoin sur notre commune de ce passé, cette tour qui rappelle le génie inventif d’un homme et la participation de Thil à cette aventure novatrice.

 » Tu fus l’énigme de notre âge :
Nous voulions, enfants curieux,
Deviner ce muet langage,
Qui semblait le parler des Dieux,
Lorsque les bras cabalistiques
Lançaient à l’horizon blafard,
Les mensonges diplomatiques,
Interrompus par le brouillard « 
(Gustave NADAUD 1820 1893)                                             Photo et texte de Michel Comby

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s