Le Castrum de Thil au Moyen-Age

Publié le Mis à jour le

Quel pouvait être l’aspect de THIL au moyen-âge ?

Le plus ancien plan du village qui nous soit parvenu date de 1826…
Il n’est donc pas facile de faire un saut de cinq siècles en arrière, pour nous représenter notre village à l’époque des comtes de Toulouse et de la croisade albigeoise.
Nous pouvons, toutefois, déduire l’aspect ancien des données historiques et topographiques que nous possédons, qui nous mettent à l’abri d’erreurs trop grossières,
par contre, certains détails sont forcément laissés à l’imagination, dans la mesure où celle-ci ne contredit pas ce que nous dit l’histoire, de ce type de village fortifié.

    il s’agit à Thil d’un ensemble de forme trapézoïdale, dont le sommet était constitué par le château (emplacement de l’actuelle mairie) campé sur l’ancien tumulus celtique, qui fut le fief des comtes de l’Isle-Jourdain.
Ce bâtiment fut habité au XIIIème siècle, par des vassaux du Comte, les De Tilho qui nous ont laissé leur blason, portant un tilleul (2)

  Ce château, de proportions modestes, était probablement construit de bois et de  » paillebart  » (mélange de terre glaise et de paille hachée), ce qui explique l’absence total de vestiges. Il comportait des bâtiments d’habitation et au moins une tour de guet ; Il est spécifié dans les Coutumes de 1246, octroyées par le seigneur Raymond Jourdain, que les habitants de Thil sont tenus de fournir des guetteurs pour renforcer les soldats du Seigneur et de clore soigneusement le bourg.

  La butte était ceinturée par des fossés remplis d’eau (la vieille mare derrière la Mairie, disparue dans les années 50, en était un vestige) et son accès devait être contrôlé par un pont-levis à l’emplacement de la halle.

  La partie inférieure du trapèze constituait le bourg, compris entre ce qui est, aujourd’hui, la Grand Rue, l’impasse de la Fontaine, le Ravin et la rue du Riouet,
La protection était assurée par des rangées de maisons en  » paillebart  » aux murs très épais, dont une bonne partie subsistait, encore dans les années 50 et par le Ravin dont la pente abrupte et aménagée apportait une difficulté supplémentaire au forcement de l’enceinte.

  Le ravin, était, par endroits, renforcé de murs en brique et un petit sentier serpentait à mi-pente, donnant accès à un souterrain dont nous ignorons le tracé, mais qui devait conduire au château et à l’église. Les maisons s’entassaient au long de ruelles étroites (rue Longue, rue des Canonges) dont le tracé demeure, de nos jours. L’Eglise, plus longue, était flanquée de son petit cimetière, plus tard, devenu jardin.

  En cas de troubles, les habitants de la campagne se réfugiaient dans cette enceinte

Plan-Castrum-Thil
Le château de Thil

étroite, qui leur assurait protection contre les maraudeurs ou une troupe peu importante.

(1) : Castrum : nom donné à un ensemble fortifié.

(2) : Blason relevé par la commune : le tilleul symbolise Thil et les têtes d’Eole, les deux vents dominants, vent d’Autan et vent du nord-ouest.

Michel Comby

Le plan que nous avons reconstitué, peut donner, en dépit de probables erreurs de détail, une idée du visage de THIL en cette lointaine époque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s